La Citroën DS5 affronte la Volvo V60

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Citroën DS5 affronte la Volvo V60

Message  fstadou le Mar 31 Jan - 22:19

D'un côté, l'atypique DS5, nouveau fleuron de la griffe haut de gamme Citroën. De l'autre, la V60, un break de charme siglé Volvo. Ils ne se ressemblent guère, mais partagent des valeurs communes : originalité, qualité, dynamisme. Pour un tarif identique, à 100€ près...

Citroën DS5 HDi 160 Sport Chic
Diesel
163 ch
37 600 €


Volvo V60 D3 Summum
Diesel
163 ch
37 500 €



Dans les années 1950 en Europe, le break constituait l’utilitaire par excellence. Puis il s’est adouci, équipé, insonorisé, pour accueillir plus confortablement les familles en manque d’espace. En 2011, le break est devenu... un prétexte. Juste destiné à fluidifier la ligne d’une voiture dont le design passe avant les autres critères rationnels. Avec la DS5, Citroën pousse le concept au maximum. Et emprunte à plusieurs catégories (breaks, monospaces) pour arriver à ses fins : présenter une allure spectaculaire.

À ce jeu-là, on ne pensait pas trouver Volvo, qui a bâti sa réputation sur de longs breaks spacieux, carrés, robustes. Le récent V60 change pourtant d’univers : 4,63 m de long et un coffre de 430 l... moins vaste que celui d’une Renault Clio Estate ! En contrepartie, le suédois est sublime : vitres latérales en arche, hayon cintré et feux galbés l’éloignent clairement de ses aïeuls cubiques.


Sous leurs jolies robes, nos protagonistes cachent des diesels à la puissance respectable (163 ch), associés aux finitions hautes (Sport Chic chez Citroën, Summum chez Volvo). Le tarif est en rapport : plus de 38 000 € avec la peinture métallisée, dans les deux cas. À ce niveau de prix, autant les prévenir d’emblée : une ligne attirante ne suffira pas...



A conduire
Dynamiques de ligne, ces deux spécimens souhaitent le rester sur la route. Du coup, les premiers kilomètres surprennent… en mal. À faible allure, la suspension arrière de la Volvo filtre peu les dos-d’âne et autres déformations de la chaussée. Dans la Citroën, c’est pire : le confort est aussi ferme, et les plaques d’égouts ou raccords de goudron résonnent dans l’habitacle. Des petits défauts qui entachent un peu l’agrément au quotidien, à bord de modèles bien conçus par ailleurs.



De la DS5, on apprécie la belle souplesse du moteur à bas régimes, l’excellente insonorisation du diesel au ralenti et celle de l’habitacle sur longs trajets (aucun bruit d’air, même à 130 km/h). La V60 ne peut en dire autant, mais se rattrape sur d’autres points : un train avant plus incisif, une sonorité plus onctueuse (son diesel compte cinq cylindres, contre quatre chez Citroën), et un couple supérieur qui offre de meilleures sensations à l’accélération.



Cela dit, la Volvo n’en profite pas lors des relances, car ses rapports supérieurs tirent plus long que ceux de la DS5. Au final ? La française est idéale sur parcours autoroutier, la suédoise plus agréable sur routes sinueuses. Tout dépend donc de l’utilisation principale.

À vivre
La ligne spectaculaire de la DS5 se prolonge dans l’habitacle, où l’environnement confine au cockpit d’avion : quatorze vitres différentes au total (dont trois au plafond !), des rangements et des commandes type aviation au-dessus de la tête, sans oublier l’affichage tête haute ou les compteurs futuristes à l’éclairage rouge. Pour une fois, l’ergonomie est bien pensée et l’ensemble dégage une belle impression de qualité.



Dans la Volvo, changement de décor : position de conduite plus basse, planche de bord moins profonde et commandes plus classiques ramènent dans un univers traditionnel. Finition impeccable et teintes claires séduisent au quotidien, comme la qualité du système audio, toujours extraordinaire dans les modèles suédois. Seul désagrément : un système multimédia et GPS agaçant, qui manque de rapidité et de logique.



Aux places arrière, les voyages seront moins agréables.
En cause, un espace aux jambes trop juste par rapport à la longueur des voitures, et un dossier ferme en place centrale. Le confort est meilleur sur les côtés, où les deux modèles ont chacun leur petit avantage : toit panoramique fixe chez Citroën, sellerie plus moelleuse et accueillante dans la Volvo.




À charger
Comme nous l’avons vu, DS5 et V60 ne sont pas vraiment prévues pour les déménagements. Le volume de coffre de la française, plus généreux (468 l au lieu de 430 l pour la Volvo), est un plus lors des emplettes ou des départs en vacances. La Citroën dispose d’une belle largeur de coffre et d’une meilleure hauteur sous la plage arrière (55 cm, contre à peine 40 cm pour la Volvo !).





Pour caser des objets ou des bagages plus encombrants, la suédoise reprend pourtant l’avantage, grâce à un seuil de chargement plus bas et un plancher bien plat une fois les sièges rabattus. La DS5 impose une marche à l’entrée du coffre et une banquette dont il faut relever l’assise puis le dossier (seul ce dernier suffit dans la Volvo) pour faire apparaître un espace légèrement plus accidenté. Enfin, le siège avant passager de la V60 peut se rabattre pour charger des objets longs. Une qualité rare dans le segment.

À financer

Les différents chapitres n’ont pas pu clairement désigner de vainqueur, et celui du budget ne fera pas mieux : tarif identique à 100 € près, consommation annoncée strictement égale. Une analyse plus poussée permet cependant d’attribuer la victoire à la Citroën.




D’abord, sa dotation est bien plus riche : clef mains libres, toits panoramiques, affichage tête haute, sièges avant électriques et chauffants (avec fonction massage pour le conducteur), caméra de recul et radar de stationnement avant sont livrés de série. Autant d’équipements optionnels (voire indisponibles) dans la Volvo, et dont l’addition atteint 3800 € ! La valeur résiduelle de la Citroën, supérieure de trois points au bout de trois ans et 60 000 km d’utilisation, élimine toute possibilité de contestation…


Bilan



Pour une Citroën typée haut de gamme, la DS5 déçoit en matière de confort ou de bruit de suspension. Ils ont même failli lui coûter la victoire, face à une V60 attachante au quotidien (sonorité, présentation). La française reprend le dessus sur des détails (volume de coffre et largeur habitable, souplesse moteur et maîtrise des bruits aérodynamiques), et son rapport prix/équipement plus intéressant.

[size=150]On aime[/size]
Citroën DS5
Présentation générale
Insonorisation moteur et aéro.
Riche équipement de série

Volvo V60
Sonorité, commandes agréables
Comportement plus dynamique
Qualité audio et des matériaux

[size=150]On regrette [/size]
Citroën DS5
Bruits de suspension
Confort ferme
Peu d'options technologiques

Volvo V60
Inertie du D3 sous 1 500 tr/min
Volume de coffre insuffisant
Rapport prix/équipement

Source : largus.fr[/quote]
avatar
fstadou

Messages : 414
Date d'inscription : 28/01/2012
Age : 50
Localisation : Buix Jura Suisse (proche Delle)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum